Bélesta mardi 28 janvier 18 heures

Trois thèmes étaient proposés : « Culture et ruralité », « Très Haut Débit », « Services publics de proximité »

La 24ème rencontre a eu lieu à Bélesta, le mardi 28 janvier à 18 heures, à la salle annexe derrière la mairie de Bélesta

Trois thématiques vous étaient proposées pour cette soirée :

« Culture et ruralité »

« Très Haut Débit »

« Services publics de proximité »

Retour sur les échanges...

LE TRÈS HAUT DEBIT

La fibre sur ce territoire, où et quand ?

Pour préciser, le Très Haut Débit (THD) est un des projets phares du Département. L'objectif est fixé à 92 000 prises connectées, avec un minimum de 100 méga bits/sec pour tous les Ariégeois d'ici 2025. C’est aussi une opportunité pour le territoire de se développer économiquement, donner des possibilités de télétravail, le THD permet aussi de pallier les carences médicales... ce n'est pas une solution mais une piste pour rendre le territoire encore plus attractif.
Le projet THD a déjà permis la création de 186 emplois et la réalisation de 30 000 heures d'insertion sociale, conformément aux clauses sociales insérées dans les marchés. Il faut d’ailleurs saluer la coopération entre la CCI et Département qui a permis à des travailleurs d'aller vers les métiers du numérique.
Précisément, voici le calendrier de déploiement dans le Pays d’Olmes :
-    Montferrier : une partie de la commune est déjà fibrée
-    Bélesta : les travaux sont en cours. Il faut compter jusqu’à fin 2021 ou début 2022, pour voir les premiers foyers éligibles au très haut débit dans cette commune.
-    Montségur : entière fibrés depuis juillet 2019, tous les foyers sont éligibles
-    Villeneuve d'Olmes, Bénaix : fin de l’été 2020.
Et dans le courant de l’année 2022, la fibre sera accessible à toute la commune de Lavelanet, mais aussi à Laroque d'Olmes, Dreuilhe, Saint-Jean-d'Aigues-Vives, L'Esparout, L'Aiguillon, Le Peyrat...
Pour tout renseignement complémentaire et vérifier si votre foyer est éligible à la fibre sur le territoire ariégeois, rendez-vous sur le site www.ariegetreshautdebit.fr »
 
THD : vous focalisez-vous sur le réseau terrestre ?

Christine Téqui : « Le projet THD ne prend pas en compte le réseau mobile et concerne la fibre uniquement. Le Conseil Départemental de l’Ariège est maitre d'ouvrage fibre optique à l'abonné. Le reste concerne des travaux des opérateurs. Au début de l'arrivée des mobiles, le Conseil Départemental de l’Ariège a été facilitateur mais n'est pas opérateurs télécom. Le maître-mot est : aménagement numérique public. Et c'est le Conseil Départemental de l’Ariège qui le porte ».
 
Dans la commune de Freychenet, la fibre est arrivée, c'est un très bel investissement mais je m’interroge sur le ratio coût-fragilité. Par exemple dans la nuit du vendredi 13 décembre lors de la dernière tempête, tout le réseau a été coupé alors que la fibre était arrivée sur la commune.
Christine Téqui : « Il faut effectivement améliorer les moyens de maintenance et d'entretien de ce réseau. Cette solution de supports aériens par endroits a été choisie en connaissance de cause, avec cette question de la maintenance qui subsiste. Sur la question de l'élagage, les responsabilités sont réparties entre les collectivités (dont le Conseil Départemental) et les propriétaires privés. Dans le contrat passé entre Ariège Très Haut Débit et le Conseil Départemental de l’Ariège, le délégataire doit s'assurer que l'entretien du réseau est bien réalisé, il a clairement la charge de la maintenance de ce réseau.»

Ne serait-il pas plus pérenne d'enterrer la fibre sur tout le territoire ?

Christine Téqui : « Enterrer la fibre serait un choix extrêmement coûteux, bien plus que l'aérien du fait des interventions en génie civile à mettre en oeuvre. Tout le réseau pourrait techniquement être « enterré », mais il coûterait à la collectivité le triple du prix voire davantage. Je rappelle que l’investissement global est aujourd’hui de 140 millions d’euros jusqu’en 2025 ».

SERVICES PUBLICS DE PROXIMITE

Vous avez parlé de fracture numérique : l’installation doit être performante. Mais dans cette fracture, il y a également la formation des populations à ces objets numériques, qu’en pensez-vous ?

Christine Téqui : « La question des usages est très importante. Dans la présence des services de proximité, l'Etat a sollicité les collectivités territoriales pour créer les « Maisons France Services », afin de faire en sorte que tous les services répondent aux exigences de tous les concitoyens. Via ces Maisons France Service (au nombre de huit en Ariège), il y aurait la possibilité d'avoir des accompagnements pour tous les usages "en ligne". Pour ce qui est du matériel : il existe le réseau des médiathèques, sur lequel le Département de l’Ariège est partie prenante via la Bibliothèque départementale de Prêt qui alimente toutes les médiathèques du territoire. Le Conseil Départemental de l’Ariège ne dispose pas de cette compétence du déploiement des usages, mais il y contribue par ce biais-là. »

CULTURE ET RURALITE

Je m’interroge sur le lien social/culture ; les échanges socio-culturels sont importants et il serait favorable de revenir à des politiques collectives plus engagées, le maillage socio-culturel est un levier très important pour aider le domaine social sur un territoire. Quelle est votre politique en la matière ?

Christine Téqui : « Ce sont effectivement des enjeux forts pour tout le territoire départemental. Les acteurs culturels référents, avec lesquels nous travaillons en partenariat, ont aussi vocation à se déplacer sur le territoire. Nous proposons aux associations de présenter leurs projets au Département : il existe un panel d’aides en direction des associations, comme le Fonds départemental de la vie associative (FDVA), des subventions pour les interventions au niveau des collèges, des dispositifs d'aide à la diffusion, d’aide à la création, etc.»

Le réseau archipel est un collectif des petits lieux de création et de diffusion. Nous demandons à ce que le Conseil Départemental de l’Ariège informe plus clairement sur ses dispositifs sur son site web... Ce serait bien d'avoir davantage de temps pour discuter avec les élus, afin notamment de diversifier /favoriser les lieux d'émergence des lieux culturels et artistiques sensation de rupture de lien avec, non pas les élus du Conseil Départemental de l’Ariège mais avec les techniciens...
Il est difficile de s'y retrouver les dénominations sont floues sur le site du Conseil Départemental, pas de réelles connaissance des aides aux associations. Il faudrait plus de transparence sur ce point.

Christine Téqui : « Les informations sont présentes sur le site www.ariege.fr ou le seront. Un site internet nécessite des mises à jour régulières qui ne peuvent être assurées quotidiennement. Dans tous les cas, les services du Département sont à votre disposition pour répondre à vos questions, de même que les élus toujours disposés à échanger, écouter et, là aussi, répondre aux besoins et aux attentes exprimés ».